L’impression 3D au service de la rhinoplastie

8 Avr

L’impression 3D au service de la rhinoplastie

L’apparition de la technique de l’impression 3D a permis de révolutionner de nombreux secteurs et d’améliorer certes la qualité de certains services. Et comme l’imaginait les analystes, cette technologie n’a pas trop tardé pour faire son apparition dans la chirurgie esthétique et permettre aux chirurgiens de mieux personnaliser leurs interventions.

La chirurgie du nez figure alors parmi ces chirurgies qui ont connu un véritable changement grâce à l’émergence de cette nouvelle technologique.

Impression 3D : simulez les résultats de votre rhinoplastie

Quand une personne décide de se faire opérer le nez, c’est pour soigner un défaut de forme, de taille ou un problème de déviation de la cloison nasale. Et avant de passer à l’opération, un patient voudrait bien avoir un aperçu fiable sur le résultat de sa rhinoplastie sauf que les anciennes méthodes ne le permettaient pas.
C’est en effet Yakub Avşar, un chirurgien turc, qui a eu la bénédiction pour utiliser l’impression 3D dans le service de ses interventions chirurgicales et proposer ainsi à ses patients une simulation très réaliste de ce que sera leur visage après les modifications apportées sur leur nez.
Avant d’employer cette technique, le docteur passait trop de temps pour fabriquer des moules à la main pour imager le rendu à ses patients, mais le masque fabriqué finissait toujours par décevoir les attentes. Une fois qu’il a découvert l’impression 3D, Yakub s’est vite rendu compte de l’importance des possibilités offertes pour arriver à un aperçu 3D réaliste donnant plus d’aisance et confiance à ses patients

Avec le temps, on a dépassé le stade des simulations

Le développement des recherches en matière d’introduction de l’impression 3D dans la chirurgie esthétique, en l’occurrence la rhinoplastie, a permis de dépasser le stade de la conception des aperçus 3D pour simuler les résultats des opérations pour arriver à un stade où il est devenu possible d’obtenir un cartilage vivant en seulement 16 minutes grâce à cette technologie.
C’est en effet, un œuvre des chercheurs de l’Université polytechnique fédérale de Zurich (ETH Zurich) qui nous conduit vers ce nouveau procédé chirurgical. La bio impression est le nom qu’on a attribué à cette avancée technologique proposant de fabriquer des implants utilisant des cellules de cartilage, des cellules vivantes associées à des biopolymères.
Techniquement parlons, quand un nez est cassé, le chirurgien doit pratiquer une biopsie pour prélever du cartilage provenant du genou, du doigt, de l’oreille ou du nez fracturé pour imprimer un nouveau nez en mélangeant ceci avec des polymères. Ces implants qui utilisent les propres cellules du patient ont l’avantage de se réaliser en seulement 16 minutes et d’avoir plus de chance à s’insérer dans l’organisme.

Leave a Reply

six − trois =